peinture

Photo 201

toile avril 2009 une possibilité III (fantaisie lumineuse)

En vérité de nos jours il y a presque toujours quelque chose à dire de ce que l'on fait ou de ce que l'on commet.

En vérité de nos jours à vouloir s'exprimer, personne n'entend ni ne voit plus.

Donc je vais me faire plaisir et tenter de m'expliquer et me convaincre de la démarche que j'effectue sur cette nouvelle image de mon esprit,sur cette nouvelle image , venue,comme cela,comme un souffle.

Le souffle de la vie sur les gens-quilles est une fantaisie fluide du liquide eau.

La fantaisie;l'infiltration comme un cheval de Troie, de l'eau,lumineux liquide,fluidité solaire limpide jusqu'à la création de ce qui peut devenir de la vie ou qui sera pour toujours un principe inachevé.

Dans la fantaisie sont ;le fantasme ,l'allégorie, la lumiére extraordinaire.En agissant de cette maniére la source lumineuse subtile et  géniale s'infiltre et donne à l'esprit toute sa lumiére.L'infiltration de cette fantaisie par des ondées aux aspects d'ombres,permet à toutes les lumiéres de devenir de lumineuses idées s'infiltrant partout dans l'image et jusque dans la mémoire de cet esprit; l'eau.

Photo 3392

fantaisie(la goutte bleue) toile septembre 2009

Dans toujours le théme de l'eau,la vie,les formes,les dislocations,les interprétations.

Tout cela se trouve dans un seul mouvement tournoyant,qui s'écoule comme du temps liquide,infernal, en des spirales qui vont de bas en haut et inversement.

Rien n'est nouveau, tout est ici comme dans une routine des choses de l'univers qui se répètent, apprenant sans cesse leur leçon de choses, pour une peut-être nouvelle adaptation.

Je suis cet environnement.Je suis dans cette goutte bleue pris au piége du liquide.Je tourne en rond m'exprimant comme le poisson avec des bulles,des balbutiements,des hésitations;  je sors ..? je sors pas .. de l'eau? 

Je suis liquide donc instable.

Ceci est mon univers,je suis empêtré dans ce liquide qui m'a fait ce que je suis,s'arrêtant aux dimensions d'une toile.

Une clownesque attitude.

D4

fevrier 2009 (encore un doute à dissiper.) Confession

2009 Un cap ,encore un, dans ce tour du monde que je me suis imposé,se présente à moi dans un grand calme pas évident.Je me sens dans mon embarcation,frêle,timoré,comme arrivant en bout de mon voyage pictural,n'ayant plus la force de dire ou faire quoique ce soit d'autre dans ce domaine.

Un instant je me suis assis sur le bord du cap de ce monde où rien ne se passe plus.Ce qui prend de l'évidence dans ce monde peint et repeint jusqu'à dépeindre,est que depuis quelques temps déjà mon rapport avec la nature se prononce,s'affirme comme étant cet idéal qui me rapproche des choses de la vie,comme si soudainement je comprenais ce qui se passe et va se passer maintenant là devant moi.

Je finirai sans aucun doute,forcé , contraint,par n'avoir plus rien à créer et plus qu'à écrire avec de la couleur des pleins et des déliés.

Les fleurs aux couleur aériennes se rangent comme elles le peuvent,tapissant l'espace qui n' a plus vraiment d'importance ,ne laissant que de petits néants presque absents tellement cet univers est serré,rempli de discours à plat,sans conversation  que celle des" oizox" rangés en bordure comme les plantes d'un massif.Puis il y a moi avec ma conversation sans écho.Puis il y a moi qui m'essaie au dialogue avec ce tableau qui veut me parler mais dont je n'arrive plus à comprendre les mots.Avec la nature et celle des choses rien n'est jamais abouti.

Dominer est parfaitement illusoire, car à la fin du compte la raison revient toujours aux mêmes,Dame nature et le temps.

La fleur est dans sa forme toujours la fleur,elles sont innombrables et une.Je ne peins plus,je jardine.Je cultive ce que j'ai semé en graines nombreuses amassées depuis si longtemps que parfois je ne sais même plus pourquoi.Pour que l'existence soit plus douce ,peut-être;pour que le temps de ma nature se passe mieux avec le but sérieux d'arriver à comprendre que seule compte la lumiére  colorée du temps et ses parfums.

Donc,comme un vieux jardinier bien soigné,je vais m'appliquer à conserver ce que je sais et qui fonctionne afin d'occuper mon temps,mon espace, puis aller au fil des saisons chercher le printemps du renouveau avec son lot de curiosités,d'extraordinaires,voire d'improbables.

Les vibrations qui m'animent ,agissent sur moi comme des répliques,et  m'épanouissent constituant mon chemin pour aller au moins jusqu'à demain.

001

Rien que de la lumiére. texte écrit en 2009

Seul  l ' "oizo" est capable d'entendre un tel discours sur la lumiére,de son image,et sur ce qu'elle dévoile.

Il y eut les siécles d'avant,les moins avant "lui", l'homme qui sut.  Puis il y eut les siécles d'aprés,les plus aprés "lui", l'homme qui fut.Fut aussi la grande époque des femmes et des hommes chercheurs et découvreurs en tous genres.Puis il y a celle de maintenant qui ne sait plus rien,qui ne sait ni faire,qui veut tout,la grande époque des gaspilleurs profiteurs à tout prix.Rien de nouveau bien sûr,que du  bavardage,que du bruit qui n'empêchera rien.Tous entendent,tous ils savent,mais ils sont là pour consommer,oui ! oui ! consommer sans cesse,un ouvre boîte dans le cerveau tourne sans arrêt;!ouvrir!ouvrir!jeter !jeter !La vie,nos vies sont des consommatrices de constructions ,de destructions,elles sont autodestructrices.

Je fais partie de cette grande famille contemporaine mâchouilleuse de courant d'air,discourant à tout va sur tout,surtout sur rien histoire de tuer le temps,pour avoir de l'importance mais aussi....

Tu parles !!! La marionnette avec de la ficelle et du papier ,hein !! Tu t'en souviens ? Bien sûr tu connais la chanson....!!Je me raconte cette histoire,pour me faire croire à une possible chance d'exprimer quelque chose.Tout cela afin d'effacer les "choses" du passé qui n'étaient pas abouties,pas constructives,ou simplement pour aller voir ailleurs,faire autrement. Et puis il faut faire quelque chooooose ..non ?  !!J'ai choisi de faire,je choisis de défaire.C'est mon bon droit le mien et j'en profite malgré un espace réduit mais suffisant à ce bon droit.Je vis avec mon temps.Je m'autorise ce que je ne permettrais à personne d'autre.

Ces "choses" sont les miennes et j'en fais ce que je veux,ce que bon me semble !!Je ne me fâche pas..je m'interpelle.

Je transforme,retransforme,déforme,forme les traces du temps vieilli qui a détruit toutes mes belles idées qui constituaient mon univers. Mais !chacun sait que l'univers bouge se modifie.Normal ! Le pas trop mauvais devient mauvais et le contraire serait rassurant.Qui peut décider? Sait-on si le tout meilleur n'a pas existé sans que jamais nous ne le sachions ?

Remanier son travail,ses idées,se revoir; la fameuse remise en cause;être sûr d'avoir fait le bon choix  en se faisant encore et encore pour se défaire de tout e façon au bout du compte,au bout du temps.Un coup de vent et hop !! plus rien de la vie,de la lumiére.Fut alors le temps de la construction et vint celui de la désintégration.Poussiére tu étais,poussiére tu redeviendras.C'EST BO  NON !!Passer à la lumiére c'est s'abîmer un peu, mais également lorsque le corps s'estompe il va vers la lumiére.

Les couleurs passent avec le temps.Délavés nous finissons.Pleins de connaissances nous sommes,juste pour l'existence,pour vivre peut-être mieux,mais peut-être pas vieux.Pleins de rides nous fripent de la tête aux pieds,nous font de mauvaises plissures,nous froissent l'esprit,nous dégénérent sûrement jusqu'au jour de l'errance là-haut assurément dans la poussiére des étoiles.Alors je m'efforce,me dépêche à corriger mes copies pour être sûr que ce qui restera,reflétera bien cet esprit que j'étais lorsque je cherchais à en faire.

Photo 011

Ma création,mes créatures,mes gens,mes formes,mon univers.

Si l'on part du principe suivant: que l'idée de notre existence sur notre belle planéte serait dûe à un concours de circonstances,dont le résultat est appelé accident, donc pur hasard biochimique,je prends cette formule à mon compte en disant qu'il en va de même pour ma peinture,mes idées,et autres alchimies.Par contre si l'on considére que la vie (notre vie et là j'adopte)est le résultat de sommes abouties je dis qu'il en va de même pour ma peinture,mes idées,et autres alchimies.

J'explique:tout est conséquence de l'un et de l'autre.Par le fait même d'exister la vie provoque la vie.Tout est établi à partir de ce fait.La vie provoque les formes,les idées,les associations,les alchimies sans fin.L'addition puis la division pour la multiplication,impossible de se soustraire à cette marche en avant perpétuelle vers cette biodiversité multi-changeante.

Je suis dans ma peinture comme dans un long voyage que je pense sans fin.Je suis dans ma peinture comme dans un ailleurs que j'aurais pu  connaitre il y a bien longtemps aux confins de notre univers.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×